Journal de Martinique part 1

Publié le par Rodolphe

16/01/09...Il est 6h50, c'est l'aube. Hier soir, après avoir été chaleureusement accueillis par Didier, l'organisateur de l'Armada Festival où nous allons jouer, nous sommes aller manger du poisson dans une cabane de pêcheurs en bord de mer. A peine rentrés à l'hôtel, je me suis effondré, littéralement terrassé de fatigue, fatigue accrue par le choc d'être ici...Sommeil à la fois profond et agité. L'air est lourd et moite. Surtout, le jour comme la nuit, la vie foisonne avec une intensité proche du grouillement. Notre hôtel est une grosse bâtisse blanche inspirée du style colonial bâtie au milieu des arbres...Plusieurs fois au cours de la nuit je me suis réveillé, comme saisi d'une crainte respectueuse, non dénuée de frayeur, devant cet incessant jaillissement de vie que l'on perçoit ici, que l'on hume dans l'air, que révèle le concert incessant des oiseaux et des insectes. Même l'activité humaine, dont témoigne le ballet presque frénétique des voitures sur la nationale à proximité, semble participer de cette énergie impétueuse et magnanime que l'on pourrait résumer par ces quelques mots : ici, l'homme n'a pas domestiqué la nature. Ils cohabitent selon le bon vouloir de cette dernière, qui ne manque d'ailleurs pas de rappeler sa souveraineté sans partage : en témoignent les récents cyclones et séismes.
Il est 7H20. Le soleil darde ses premiers rayons sur la cime des arbres alentour. Je pars me dégourdir les jambes et explorer les environs...Une baignade n'est pas exclue.

Commenter cet article