Cendres 2

Publié le par Rodolphe



Une pelletée, et une encore,
C'est fait.
Plus noir que son habit,
Le frère tenant la bêche
Semble invoquer sur nous
Le soleil écrasant.

Nous...
Nous nous serions satisfaits
De l'ombre d'un ciel plombé;
L'obscurité est clémente,
Mais tu n'as pas voulu.

Il nous fallait tout voir,
Que le jour aveuglant n'épargne aucun détail,
Afin que nous sachions
Que le Ciel n'est pas la demeure des lâches,
Ni l'opium des fuyards...
Nous avons pénétré l'intime de ta mort,
Toi dans la caisse, et moi
Meurtri d'avoir porté ce bois.
Noyée de lumière, la douloureuse cohorte
(Les savants, les mendiants, les saints et les fous),
Restait là, tête basse, comme saisie de honte.

Cela nous le savions :
Tu avais forcé le Royaume.
Quand nous restions à terre
Pétrifiés de prudence,
Tu ridiculisais Icare et Prométhée,
Dérobant à la Source
Les larmes mêmes du Jour,
Dont nous ne voulions pas :

Amères comme la mort,
Elles nous brûlaient la bouche,
Et lors même que tu reposais,
Te saluant les voix d'en-haut
Faisaient saigner nos coeurs,

"Approche petite soeur, aimée de Dieu
Notre Cité se trouve dans les Cieux".

Commenter cet article

auré 12/10/2009 22:32


Il nous faut tout voir oui!!! L'intensité de la lumière met en évidence les plus petites joies, les plus minuscules actes d'amours...tandis que l'obscurité s'efforce de nous rendre aveugle. Merci
seigneur pour ce cadeau.


fanfan 07/10/2009 16:24


c'est un si bel hommage... tes mots sont tellement beaux, que j'en oublies mes maux...un court instant. Ce matin, le soleil radieux a accompagné ma découverte de ton poème: Elle était surement là
avec moi.


Rodolphe 05/11/2009 10:21


je vais souvent sur sa tombe...c'est étonnant comme elle y est présente. à chaque fois, ça me fout le souk et ça me fait du bien. C'est elle, quoi :-)


fanfan 07/10/2009 11:23


Merci Rodolphe de ce bel hommage. Aujourd'hui le soleil brille, il réchauffe mon cœur meurtri. certaines souffrances vous collent à la peau, comme si rien ne pouvait jamais les apaiser. Mais voilà
que tu écris avec douceur ce qui me fait vivre tant de violence: et ta douceur m'apaise enfin. Au moins un peu. Merci Rodolphe, moi qui ne "Croit" pas vraiment, je me rapproche malgré tout de Dieu,
tout en douceur...


Coco 07/10/2009 11:04


C'est écrit à l'encre de ton coeur !!!!
Bisou Rodophe