Journal de Martinique part 5 (Fin)

Publié le par Rodolphe

24 janvier...Semaine de baston intérieure, tiraillé entre l'intense émerveillement de cette île au jaillissement continu de vie, de splendeur, et toujours cette exigence de lâcher-prise, de perte de contrôle imposée par la nature même de la vie ici, définitivement au delà du raisonnable (entendre : ce qui peut être raisonné). Le fond de l'air est vaudou, le mouvement, le souffle, les éléments règnent et grande est la tentation de vouloir s'en saisir, au moins comprendre, s'emparer d'une parcelle de ce pouvoir infini de crainte d'être emporté, balayé.
Une réponse a jailli hier de ma foi chrétienne que j'interrogeais anxieusement afin de savoir ce qu'elle proposait à ce désir, inévitablement païen, de saisir et de posséder la force de la terre. Une phrase a jailli, lumineuse, imposant sans bruit le repos:
"Pour vivre de Sa Victoire, accepte de tout perdre avec Celui qui a tout perdu".
Immédiatement, baisser les armes. Rendre à César ce qui est à lui et à Dieu l'humble et triomphante Gloire. Laisser Satan à ce qu'il usurpe. Il ne m'appartient plus de posséder, maîtriser, dominer ce qui me dépasse et m'effraie, au dedans comme au dehors. Mais vivre, les mains vides, comme un souffle très léger à la surface du monde. Etrange surface dont on découvre, à mesure, qu'elle est l'être même des choses, éternelle fragilité que l'on a si vite fait d'occulter, tant le devenir est un fleuve impétueux...

Trouver le fond, s'y assoir, demeurer ! Mais pas trop de mots : déjà trop proches de la notice, du mode d'emploi, et il faut être au delà de l'usage. Je ne serai pas celui qui possède le monde, je ne récapitulerai pas toute chose, comme un baiser que j'aurais voulu magnifique et radieux...Dieu a posé un ange puissant devant cette porte scellée par nos replis. Son épée est ardente et acérée, et malheur à qui voudrait forcer sa garde !

Mais perdant tout à la suite de Celui qui a accepté de tout perdre, je trouve mon repos, et tout m'est donné.

Commenter cet article

Davy 16/02/2010 23:27


Ce n'est pas plus clair pour autant ...lol


Rodolphe 17/02/2010 18:19


Oui, comment dire : c'est rédigé dans une langage poétique, donc l'idée n'est pas nécessairement de faire un exposé scientifique mais de transmettre une émotion :-)


Davy 15/02/2010 13:52


Mais concretement, audelà de la figure de style, de quoi parles tu ?


Rodolphe 16/02/2010 19:47


d'ouverture de coeur.


Coco 09/10/2009 18:46


Mais perdant tout à la suite de Celui qui a accepté de tout perdre, je trouve mon repos, et tout m'est donné.

Z'aime trop !!!!!!!