Tiens Maman, je t'ai fait un collier...

Publié le par un chrétien

chapelet_bois_01-b202.jpgJe m'attèle à un projet de longue haleine, qui me trotte dans le coeur depuis quelques mois...j'avais toujours quelque chose de plus urgent à faire, comme c'est souvent le cas lorsqu'il s'agit d'écrire quelque chose d'un peu important. Et puis mine de rien, avec cette série d'articles, je me mets un peu "à poil", puisque je vous invite à travers des méditations qui sont aussi un témoignage, dans l'intimité de ma prière personnelle. Alors, merci d'enlever vos godasses avant d'entrer...

C'est peu de choses, un chapelet : quelques perles filant entre les doigts noueux d'une grand-mère qu'on a beaucoup aimée, le souvenir d'une dévotion un peu poussièreuse, un article de bazar pieux...Un truc de l'ancien temps, quoiqu'il en soit. Qui irait s'imaginer, en jouant avec les grains d'un de ces petits colliers récemment reconvertis en accessoire de mode sauce gothique, qu'il tient en main l'auxiliaire précieux de siècles féconds de méditation chrétienne, l'indispensable secours de bien des saints (et pas des moindres), la fronde du petit David dont les cinquante cailloux savent terrasser des géants plus terribles que Goliath des Philistins, la clé qui nous ouvre sans faire de bruit les secrets conciliabules du foyer de Nazareth ?

Pourtant, le rosaire médité, c'est un peu tout cela. Evidemment, c'est comme d'hab' avec ces fichus catholiques : il ne font rien qu'à planquer les choses les plus belles sous des dehors insignifiants, à croire qu'il le font exprès ! Il n'y a qu'à voir, le trésor, le centre, le socle, la cause et la finalité de leur foi : un bout de pain !!! Si, si, je vous assure...Eh bien, c'est un peu pareil avec leur chapelet : qui croirait qu'utilisé à bon escient et selon les règles de l'art, il donne accès aux trésors du Ciel, et jusqu'au plus brillant d'entre eux, l'intimité quotidienne avec le Dieu d'Amour ?  Et quand bien même on le croirait, qui peut bien avoir une demi-heure quotidienne à consacrer à des choses aussi futiles que le Salut éternel, alors que débute la nouvelle saison de Secret Story ???

Voilà le deal : les vingt prochains articles de ce blog seront consacrés aux vingt (ça se tient !) mystères du Rosaire tel que proposés à la méditation des fidèles par la tradition catholique. J'essairai de vous y livrer  régulièrement et très simplement (enfin, le plus simplement dont je sois capable) les grandes lignes de ma pauvre méditation personnelle. Evidemment, les gens vont se dire "bah ça va, il se prend pas pour de la merde lui", mais bon, c'est simplement partager le fruit d'une pratique -à peu près- régulière d'une douzaine d'années : prenez-y ce qui vous semblera valable, oubliez le reste. Ca sera aussi l'occasion de jeter un oeil ou une oreille à quelques oeuvres du patrimoine musical et pictural, inspirées de près ou de loin par les mystères en question. Histoire peut-être de souligner combien les artistes ont pressenti que se cachait, dans ces bouts d'évangile qui n'attendent qu'à être décortiqués, quelque chose de bien plus grand, de bien plus beau et de bien plus essentiel qu'une affaire de dévotion personnelle un peu datée.

 

A bientôt...

Commenter cet article