Causons un chouilla de bioéthique...Ça détend.

Publié le par un chrétien

jesus-writing-with-his-finger-thumb4058223.jpg"Cher Jésus, je t'écris ce petit mot pour que tu puisses m'expliquer pourquoi l'Eglise est contre les mères porteuses. Ps : bises à ta maman."
C'est le message qu'un ami m'a transmis, l'ayant trouvé sur Twitter. Comme, c'est bien connu, je suis branché en ligne directe avec le Patron, voici la réponse qu'Il m'a expédiée :

"Mon petit (tu permettras que je t'appelles mon petit, je suis Dieu, tout de même, ça me donne quelques privilèges, ce qui est la moindre des choses vus tous les ennuis que cela me cause par ailleurs). Pour commencer je te prie de m'excuser  pour la médiocrité de l'intermédiaire que j'ai choisi pour répondre à ta question, la transmission risque d'être lo-fi, enfin, il fait ce qu'il peut, je l'aime beaucoup (je ne sais pas faire autrement) mais faut reconnaître que par moments il n'est pas très clair. C'est la même chose avec la bande de bras cassés que tu appelles l'Eglise : ils font le maximum mais j'avoue qu'ils n'ont réellement pas les moyens d'assurer la mission que je leur ai confiée. Pour tout dire, je m'y attendais, je l'ai même un peu fait exprès. Si j'avais voulu des intellos et des mystiques, j'aurais recruté des esséniens ou des pharisiens pour leur proposer le deal, voire des grecs, mais pas des galiléens tout juste bons à repriser des filets de pêche (je ne te parle même pas d'attraper du poisson, ça ils n'ont jamais été fichus d'y arriver sans que je sois dans les parages). Mais bon, si à la base j'avais sélectionné des cadors, je ne te dis pas la grosse tête qu'ils auraient prise, déjà que ceux-là arrivent quand-même à se prendre pour les rois du pétrole...

C'était quoi ta question déjà ? Ah oui. Les mères porteuses. Ok. Déjà, dis toi que les gars du service théologie et éthique de la succursale terrestre n'ont pas la vie facile, dans la mesure où au départ il y a tout un tas de trucs sur lesquels je ne les ai pas briefés dans le manuel. Et puis, il faut reconnaître que comme Créateur, je suis plutôt doué : vous arrivez tout de même à faire des choses invraisemblables, nom de moi ! Fier de vous, je suis ! Mais avoue que ça génère aussi tout un tas de cas de figures qui sont de vrais casse-tête : pas étonnant que tout le monde ne soit pas d'accord, et pas seulement chez les bigotes...Y'a qu'à voir : même la femme de ce vieux franc-mac de Jospin est contre les mères porteuses, et pourtant celle-là c'est pas le nombre de chapelets qu'elle a faits qui risquent de lui filer une tendinite.

Bref, bien que durs de la feuille et du reste, il y a quand même quelques points sur lesquels les gentils organisateurs de mon fan-club romain ont compris que je ne transigeais pas trop. Ils commencent notamment à capter que s'il est écrit "Dieu est amour", ce n'est pas juste pour donner un petit cachet romantique et que le bouquin se vende mieux : on s'en fout, on est déjà leaders sur le marché, et Tolkien qui nous talonne est de la maison aussi ! Que je sois amour, ça a tout de même quelques conséquences, et notamment celle-ci : vous autres misérables atomes perdus dans un univers dont vous êtes totalement incapables de saisir par vos propres moyens l'étendue, la signification et la finalité, n'êtes néanmoins pas le fruit d'une expérience hasardeuse. Ça risque de te faire tout chose, mais il faut que tu captes que j'ai désiré follement chacun de vous, toi, et le clampin qui s'arrache les cheveux à écrire ce texte, et l'autre là, le mec dont la gueule et les discours ne te reviennent pas, colle ici la photo du président de ton choix. Même que j'aime chacun de vous avec le même amour que je m'aime moi même, attendu que je suis l'unique réalité objectivement digne d'un tel amour. Eh ouais, ça peut paraître un peu too much, mais c'est tout moi, ça : excessif. Alors, évidemment, d'un certain point de vue c'est une grâce qui vous passe très haut au dessus de la tête (pas que j'aie pas mis le paquet pour vous le faire comprendre note bien, une de mes trois personnes a tout de même fini sa carrière chez vous sur un bout de bois avec quatre méchants piercings), mais d'un autre côté, c'est pas dur de capter que ça vous confère mine de rien une dignité foutrement intrinsèque et velument irréductible. Même que ça fait plein d'histoires vu que les chrétiens (sympathique vocable, qui signifie in extenso "ceux qui ont été oint d'amour comme une mère attentionnée frotte d'huile parfumée son tout-petit") ne font rien qu'à dire qu'il n'y a dans la vie d'un être humain, de sa conception à sa mort et même après, aucun instant où je ne l'aimerais pas de la sorte. Propriété privée de l'Eternel Sabaot. Objet d'art. Est lié perpétuellement à Dieu par un serment irrévocable. Pas touche minouche.

 
Tu comprendras donc aisément que pour le gérant de ma boîte et ses associés, les bidouillages sur des embryons humains à base de "et vas-y que je te produis ça en série en laboratoire, que je te fous les surnuméraires au congélo voire que j e les refile à la recherche médicale ou à l'industrie pharmaceutique, et que je te recase l'heureux élu dans une tierce bedaine remunérée-défrayée", ça passe plutôt moyen. Faut dire aussi que l'autre conséquence de "Dieu est amour" (Ah, je vous ai bien coincés avec celle-là !), c'est que je ne saurais être étranger à tout ce qui touche de près ou de loin à l'amour, ce que vous en faites, comment vous le faites, ni à tous vos usages détournés de ce gros cadeau que je vous ai offert. Pendant une séance de brainstorming, un de mes secrétaires agréés a noté un jour : "ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare point". Alors évidemment, tout le monde s'est rué là-dessus pour dire que ça concernait le mariage, et la proscription du divorce...Bon, c'est clair, certes, que dans la mesure ou moi, je m'engage, par un sacrement, à être en personne l'amour qui unit ceux qui sont encore assez réacs, inconscients ou cinglés pour se marier à l'église, ça me ferait très plaisir qu'ils ne passent pas chez monsieur le juge à la première chiquenaude. Mais y'a pas que ça, mon petit..."Que l'homme ne le sépare point"...Si tu veux, à la base, le programme c'est ça : je veux que la vie vous soit transmise dans un acte total d'amour, qui implique un maximum de tendresse, de présence, de communion, de plaisir partagé. Je veux ce qu'il y a de mieux. Je veux que vous compreniez que vous êtes le fruit d'un amour immense et d'un désir qui ne l'est pas moins, que vous avez du prix à mes yeux et que je vous aime. Et cette compréhension, cette certitude là, plus vous séparez la vie, dès son commencement, de l'acte d'amour hyper-concret et plus que ça, charnel, qui est à sa source, moins elle est évidente, plus vous risquez de considérer que finalement, votre vie n'a pas grande valeur, plus vous risquez de déraper. C'est pour ça que chez moi on ne plaisante pas avec tout ce qui est instrumentalisation de la vie humaine, même (surtout !!!) lorsque les intentions semblent louables et les techniques permettre un vrai progrès : je vous ai déjà vus, avec les meilleures intentions du monde, commettre suffisamment d'horreurs pour savoir à quoi m'en tenir à ce propos. La fission nucléaire à l'origine, c'était pour se chauffer pas cher et voyager dans l'espace, si mes souvenirs sont bons...Ça, à Nagasaki, niveau chauffage et propulsion dans la stratosphère, ils ont été servis !

Alors, je te vois venir, tu vas me dire : "c'est bien gentil tout ça, mais, les couples qui ne peuvent pas avoir de gosses, ils font quoi ? Et d'abord, si tu nous aimes tant que ça, pourquoi tu permets que certains vivent une telle épreuve ?" C'est une bonne question, et parfois je me dis que je n'aurais pas dû vous faire aussi intelligents, parce que six milliards de pélos qui passent le plus clair de leur temps à me harceler de questions, par moments je te raconte pas la migraine. Je vais pas te refaire le cours de caté, on a dû assez te bassiner avec ça quand tu étais marmot (moi j'ai eu du bol, les mecs ont vite compris qu'ils n'avaient pas grand chose à m'apprendre, ils ont pas insisté) , pourtant tu n'es pas sans savoir que selon mon plan A, ça ne devait pas du tout se passer comme ça...Mais sur les conseils d'une autre de mes créatures chéries qui a mal tourné, vous avez tout fait foirer, et ça a fichu un merdier monstre, jusque dans l'organisation du cosmos (vous comprendrez au Ciel combien vos corps et l'univers matériel sont intimement liés), merdier dont vos maladies, handicaps et autres stérilités sont autant d'avatars. Pour le plan B, j'ai fait le choix de ne pas tout remettre au niveau initial, là aussi tu comprendras pleinement pourquoi au Ciel. Comme je te l'ai dit, le pauvre instrument que j'ai choisi pour te répondre a de sérieuses lacunes, mais il peut tout de même te dire qu'il lui semble que je montre plus d'amour en me servant de ce qui a foiré et des conséquences du plantage pour faire advenir une grâce encore plus grande, une intimité encore plus forte entre vous et moi, que si j'avais simplement rétabli le réglage d'usine. Ok, dans ce cas, il n'y aurait pas de couples stériles, pas de cancers, et pour tout dire, pas de mort non plus. Ça serait vachement glop. Mais simultanément, personne ne connaîtrait la béatitude de vivre par pure grâce de ma vie trinitaire. A vue humaine, par temps de brouillard, ça peut vous sembler (shame on you !) une maigre consolation. A vue de moi, croyez moi que vous ne perdez pas au change !!!

Avant de faire le coup du Grand Départ (que depuis, tous les prestidigitateurs et dessinateurs de comics du monde essayent de me piquer) je me suis laissé aller à dire à ceux qui étaient là, en comptant bien qu'ils le répètent : "je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde". Evidemment, comme vous êtes de grands anxieux, vous avez bloqué sur le côté "2012" de l'affaire, et vous avez un peu fait comme si "je suis avec vous tous les jours", c'était un petit air de flûte que je vous jouais pour vous consoler de ne plus voir ma bouille. Je suis avec vous, et je vais même te dire un petit secret parce que je t'aime bien : je suis en vous. Tous les jours. Crois-tu qu'il n'y ait de fécondité que naturelle ? Crois-tu que la capacité que ma présence vous donne à vous livrer entièrement à ceux qui en ont besoin, ne génère pas des paternités, des maternités, des filiations aussi vraies et intenses que celles "selon la chair et le sang" ? Crois-tu que je délaisserais un couple sans enfant qui aurait le courage de me mettre au coeur de sa grande misère ? Que je ne saurais pas lui montrer où et comment laisser jaillir, de sa blessure, une fécondité spirituelle surpassant toute attente, toute espérance ? T'as jamais lu l'Ancien Testament ou quoi, fiston ? Et ceux qui ne croient pas en moi ? dis-toi qu'il me suffit qu'ils croient assez à l'amour pour s'y livrer sans trop de calculs, je ne suis pas si chatouilleux que ça avec le nom qu'on me donne...Et s'ils ne croient pas à l'amour...Pourquoi voudraient-ils avoir des enfants ?

Voilà...Mon misérable serviteur laissant transparaître quelques signes de fatigue en dépit de la joie immense qu'il éprouve à faire sa tâche d'esclave inutile, je vais te laisser sur ces considérations...Si tu as d'autres questions, n'hésite pas à me les poser : c'est toujours la fête dans la maison de Papa quand tu t'adresses à moi. Maman te passe le bonjour, elle me charge de te dire qu'elle est très contente que tu ais pensé à elle, et elle rajoute qu'elle est bien placée pour confirmer qu'il y a du vrai dans ce qui vient d'être écrit. Toute la famille te fait des bises. A bientôt."

Commenter cet article

armel h 30/11/2010 13:35



arg. Bien vu.